Jeux Européens – Patrice Maurice (AHSA) fidèle à lui-même

  Trois athlètes de la ligue ont été sélectionnés pour participer aux  Jeux Européens, organisés à Minsk (Biélorussie) du 23 au 28 juin. Fanny Quenot (Lyon Athlé) s’alignera sur 100m haies. Farah Clerc (Lyon Athlé) participera au relais 4x400m mixte, et enfin Patrice Maurice (AHSA) a été retenu pour le 4×400 mixte et le 4x400m poursuite. L’occasion de marquer des points pour Doha ?

Pour Patrice Maurice, les dernières semaines ont été riches en émotion. Avec cette sélection inattendue en équipe de France d’abord. “Je n’y pensais pas vraiment, c’est un coéquipier d’entraînement qui me l’a appris”. Mais aussi – et surtout – la naissance de son premier enfant, le 29 mai. L’athlète qui vient de fêter ses 30 ans est un homme comblé… mais très occupé ! “Pendant la grossesse de ma femme, j’ai dû réduire un petit peu l’entraînement. D’autant que mon travail me prend beaucoup de temps : je suis directeur du magasin “Courir” à Annecy. En ce moment on prépare les soldes, c’est une période très chargée.”

Être dans le top 5 à Saint-Étienne… Avec Doha en ligne de mire
Dans ce contexte personnel dense, le néo Haut-Savoyard a remis l’athlé à sa juste place, comme à son habitude. “J’ai toujours fait passer ma vie personnelle et professionnelle avant. Comme j’ai un peu levé le pied, je vais maintenant essayer de monter en puissance crescendo. L’objectif principal de la saison c’est les Elites à Saint-Étienne. J’espère être dans le top 5, pour peut-être prétendre à une place dans le relais lors des championnats du Monde à Doha”.

Et d’ici là, il prend cette sélection pour les jeux européens, sa quatrième en équipe de France, comme une belle opportunité, sans pression. “Je vais faire de mon mieux. Je ne connaissais pas le concept du relais poursuite, ça a l’air sympa ! Il va surtout falloir que je gère la récupération pour pouvoir enchaîner les deux courses. Ce sera le plus dur pour moi vu que je ne m’entraîne pas beaucoup”.

Trois séances par semaine… Pas plus !
Car le spécialiste du 400m en a fait sa marque de fabrique : là où ses concurrents s’entraînent en général au moins six fois par semaine, lui ne dépasse pas… trois séances ! “Je sais, ça surprend quand je le dis (rires). Mais j’ai toujours fonctionné comme ça, je ne peux pas faire plus. Je privilégie les séances de qualité du coup.”

L’ancien sprinter licencié pendant plusieurs saisons au CS Bourgoin-Jallieu, dans la région où il a grandi, est arrivé en Haute-Savoie il y a bientôt trois ans, après un détour par Lyon. “J’ai suivi ma femme, qui a trouvé un poste de chargée d’études ici. C’est une belle ville, c’est calme… mais honnêtement je préfère Lyon, ça bouge plus (rires).”

“Une belle émulation” dans le groupe de Franck Besse
À Annecy, il a rejoint le groupe de Franck Besse, où il a trouvé des partenaires d’entraînement à sa mesure. “Dans le groupe, on est huit coureurs de 400m en moins de 50″. Ça crée une belle émulation”.
Pour s’éviter les blessures, il a choisi de renoncer aux distances courtes. “Quand je faisais du 100 et 200, j’ai eu neuf déchirures en dix ans… Aux quadris, aux ischios… Je me blessais toujours au mauvais moment bien sûr, c’était trop frustrant j’ai préféré arrêter la vitesse pure.”

D’ici le départ pour la Bielorussie, Patrice Maurice n’a coché qu’une date sur son calendrier : le meeting de Genève, le 15 juin. Une compétition qu’il affectionne : “c’est là où j’ai battu mon record l’an dernier”. Ensuite, il s’envolera le 21 juin avec l’équipe de France… Et d’ici là, il croise les doigts pour que son fils fasse rapidement ses nuits et le laisse récupérer un peu… 

Jessica Bissay

(crédit photos : AHSA/Facebook P. Maurice)

>> Voir la sélection française pour les jeux européens